Le non-être est un principe fondamental du taoïsme.

Ainsi selon Lao-Tseu le Dao est comme un vase, que l’usage ne remplit jamais.

La vacuité est à l’origine de toute chose qui a nécessairement besoin du vide pour être créée

Le plein, à l’opposé, est limité et déterminé ; il est acquis et demeure superficiel, alors que le vide représente l’aspect inné et originel des éléments.

Le non-être est donc l’indéterminé, une pratique permettant d’atteindre à nouveau le centre de soi, sans le rationalisme et les connaissances qui faussent nos perceptions et permet de se rapprocher du Dao, source même de la vie.

Ainsi libéré de nos aspects limités et contraignants, nous retournons à notre aspect premier, à la souplesse d’un nouveau-né, à qui s’offrent toutes les potentialités et à qui se prêtent toutes les possibilités.

Pour mettre en pratique le principe du non-être, il faut se centrer sur soi et faire le vide dans nos pensées qui sont programmées et influencées par notre conscience et par notre environnement.

Il faut se détacher de tout ce qui est matériel et superflu.

Il faut écouter notre intuition plutôt que notre pensée rationnelle, qui est façonnée et déterminée.

Ainsi, il doit être détaché de son savoir, de ses craintes, et de ses désirs induits par l’ego, qui peuvent déformer ses perceptions et l’éloigner du Dao.

Le Dao, par le non-être et le non-agir et par l’absence des désirs, nous permet d’atteindre notre pleine grandeur en diminuant le plein qui est en soi.